Messages

De cercle en cercle

Image
L'an passé, alors que j'allaitais encore beaucoup et que j'écrivais comme je pouvais du bout d'un pouce sur mon téléphone et que de l'autre main je caressais la tête de mon tout petit garçon qui s'endormait, cette année-là, donc, j'ai eu l'envie de commencer un blog d'auteur. Bah, je l'ai fait.
Et si j'ai écrit souvent d'un seul pouce alors que le reste de mon corps s'endormait en même temps que mon fils dans mes bras, j'ai quand même su garder le rythme de départ que je m'étais donné: c'est-à-dire, un article par mois. Je dirais, avec tout le recul et la magnifique et ravissante sagesse accumulée que j'ai depuis, bein, je changerais pas ça. Non. Je pourrais pas écrire plus même avec des doigts rapides de super héro. Ce rythme me sied à ravir! Mon garçon fait moins de sieste qu'avant pour me laisser souffler un peu, et il fait des dents, ou une toux et il me gruge la seule heure de ma soirée qui était à moi, je …

Chercher des Noises

Image
Ils sont malengueulés, vulgaires, grossiers. Ils sont claniques, phallocrates, misogynes. Et pourtant leur parole jurée vaut mille promesses et ils peuvent se dévouer complètement, totalement, à une cause. Les Noises, voisins du nord de Narbrocque, sont le sujet de ce premier volet sur les antagonistes.

Ils ne sont qu'une moitié du problème. Mes antagonistes, dans les Dissidents, se trouvent sur un axe d'un des thèmes principaux: le sexisme. J'ai développé deux points de vue opposés sur la question, deux extrêmes pour en faire le miroir l'un de l'autre, en fait. On pourrait penser que mes Noises sont typiques des méchants de Fantasy; société paternaliste, écrasant les faibles et les femmes, guerroyant pour des... noises. J'avoue les avoir faits grossièrement dans ce style au début, mais comme bien des idées qui mûrissent, ils se sont sophistiqués -- même si ceci demeure un oxymore, en ce qui les concerne.
Pourquoi le mot «Noise»? À l'origine, ce mot signifi…

Y'en a qui joue à la tague

Image
Si seulement il s'agissait d'un jeu d'enfant, mais je ne risque pas de jouer au jeu du loup, ça serait trop facile. Alors voilà. On m'a tagué. Et toute la différence entre un tag et une tague se trouve ici: premièrement, il y a un K. sournois et apparamment que y'a une sorte de tag qui est un prix prestigieux. O.o

Histoire de K. D'abord, je tiens à dire mon innocence. Je lisais le blog de C. Kean, que je nommerai K. pour l'anonymat (oupsi) et pour la rime, et je trouvais amusant de lire ses réponses à des questions aléatoires sur les aléas de l'écriture. Eh bein merde, elle m'a tagué. 😲 Onze!?!??! Le jeu consiste à répondre à onze questions (jusqu'ici tout va bien, c'qui compte c'est pas la chute...), mais encore faut-il lancer onze questions à onze autres bloggeurs. J'ai tout de suite senti mon incompétence relationnelle, là. Mais, je te remercie Kean de m'inclure dans l'univers des lancements de balle. Je devrais te taguer e…

Un Roussard qui change toute la fin d'une histoire

Image
Dernièrement, j'ai finalement compris Miliac. J'écris les Dissidents depuis 2012 et ce personnage vient tout juste de réellement connecter avec moi. Qu'est-ce qui a fait le pont? Une lecture...
J'ai voulu en faire un voyageur, celui qui cherche l'autre et qui s'en intrigue. Un curieux du genre humain, mais du type de ceux qui prennent contact avec les gens et qui s'en nourrissent. Complètement hors de moi. Je suis introvertie, lui pas. Je n'arrivais juste pas à le cerner. Il me posait des questions alors que c'était à moi de le connaitre. Il m'a semblé longtemps un éternel errant dans mon roman.  J'avais bien capté quelques traits de sa personnalité. Dès sa naissance, il s'est senti de trop, cherchant à aider les autres à trouver leur place dans leur vie, sans savoir comment trouver la sienne. Il est angoissé d'un rien, il change d'humeur au quart de tour, le plus souvent du monde bienveillant envers les autres, même s'il s&#…

Nordicité et toutes ces sortes de choses exotiques

Image
Étrangement, j'en ai pris conscience seulement récemment. Ma nordicité. Et son omniprésence dans mon écriture. Et depuis, je m'intéresse tendrement à ses vents et ses silences de tombe. 


Je n'ai jamais particulièrement aimé l'hiver. Je ne fais pas de sport, ne randonne pas sous les bois en raquettes ou en ski, me cache rarement dans un chalet givré, collée au foyer. Et pourtant, je ne suis pas de ceux qui s'en plaignent pendant six mois non plus. Je prends l'hiver comme il vient. Ses froids, ses chaleurs aussi fortement incongrues, ses impossibilités à marcher le pas franc. Je ne crains pas ses rues mal déneigées, ses trottoirs glacés, le sel qui poussière tout et même plus. Sa noirceur me pèse un peu, mais novembre gris est plus lourd qu'avec un manteau blanc. Je m'encabane et attends la fin, et les dernières neiges me semblent aussi belles que les premières, pour bien d'autres raisons. 
J'ai naturellement inscrit cette neige dans mes pages (et q…